L'âge d'or des Ballons (1783 - 1914) (Montgolfières)
L'âge d'or des Ballons (1783 - 1914) (Montgolfières)
L'âge d'or des Ballons (1783 - 1914) (Montgolfières)
L'âge d'or des Ballons (1783 - 1914) (Montgolfières)

L'âge d'or des Ballons (1783 - 1914) (Montgolfières)


35 €
En stock

 

Commande avant 16h,
expédié le jour même (lu. - ve.)

 

Livraison express sous 48h.

Rubrique : Livres à offrir
ISBN : 9782364935907
Référence : 1590
Année de parution : 2017

1783 ! 1783 marque une rupture dans le continuum de l’évolution de l’humanité, pratiquement au même titre que l’apparition de la roue quelque 5 300 ans auparavant. Cette année-là, l’homme concrétise son rêve ancestral, celui de voler, de survoler la planète à laquelle il pouvait se croire définitivement enchaîné. Cette année-là, au-delà des légendes, des récits mythologiques et fantasmagoriques, attestée par des milliers de témoins de toutes conditions, dûment consignée sur des procès-verbaux paraphés par des personnalités de valeur, la réalité du vol humain est avérée.

Avant, personne n’a pu librement s’affranchir de l’attraction terrestre. Et le 21 novembre 1783, tout bascule, aboutissement d’un rapide processus d’expérimentation méthodique. Essais de modèles réduits, puis à plus grande échelle sans personne à bord, envol d’animaux, ascensions en captif, constituent les étapes raisonnées de l’avènement, avant que d’intrépides personnages, que l’on dénommera par la suite des aéronautes, ne se lancent dans cette exploration magnifique. Mieux, voilà que l’invention des aérostats, véritable changement de paradigme, s’avère duale, car l’homme se retrouve avec deux types de machines volantes (quoique basées sur le même principe) à sa disposition : montgolfière et charlière !

Le rêve d’Icare s’est réalisé en France, au cœur du siècle des Lumières, point d’aboutissement d’un engouement unanime en faveur des sciences. Les frères Montgolfier, Charles et Robert, y ont ouvert, le temps d’une année et sans le moindre accident, les portes du ciel !

Dès lors l’homme va n’avoir de cesse de multiplier les expériences aérostatiques. Tel un raz-de-marée, elles vont se répandre de la capitale vers la province, de la France vers l’Europe avant de franchir l’Atlantique…

Instruments à la fois de recherche scientifique, de sport et de plaisir, les ballons connaissent leur apogée jusqu’au début du XXe siècle.

Par le biais des faits marquants de cette épopée de l’âge d’or de l’aérostation, cet ouvrage retrace les origines et les étapes primordiales de la révolution de la navigation aérienne.

Vous pouvez feuilleter l'ouvrage ici :

Référence : 1590
Nombre de pages : 86
Format : 21x29,7
Reliure : Relié
Rôle
Bellis Jean Auteur
Molveau Jean Auteur

Préface

L’expérience d’Annonay, L’envol historique
La solution de l’hydrogène, Le ballon de Gonesse
Montgolfière à la cour de Versailles, Des animaux dans les airs
Premiers envols captifs, L’homme s’élève en ballon
Le séisme du 21 novembre 1783, Sic itur ad astra
Le triomphe de la seconde voie, Le ballon des Tuileries
Après Paris, Lyon, La démesure du Flesselles
Il primo volo in Italia, Andreani et Gerli
Le rêve de la dirigeabilité − 1, Blanchard et l’ascension du Champ-de-Mars
Le rêve de la dirigeabilité − 2, Guyton de Morveau et les vols de l’académie de Dijon
Envol dans le duché de Savoie, Le baptême de l’air de l’écrivain
La première femme de l’air, Élisabeth Thible et La Gustave
Tentative d’observation scientifique, Coustard de Massi et Mouchet avec Le Suffren
Un échec parmi d’autres…, Miolan et Janinet au jardin du Luxembourg
Le rêve de la dirigeabilité − 3, Le ballon allongé des frères Robert
La première Manche !, Remportée par Blanchard et Jeffries
Les tout premiers martyrs de l’air, Le drame de la « Tour de Calais
Le rêve de la dirigeabilité − 4, Les tentatives d’Alban et Vallet
Décollage en Angleterre et en Europe, Les ascensions de Lunardi
Pégase devient réalité, Cheval vole… grâce à Testu-Brissy
L’arme secrète de la Patrie en danger, Les aérostiers de la République
Du ballon au parachute, Le saut humain de Garnerin
L’aérostation au XIXe siècle, Un foisonnement d’exploits
Le cirque dans le ciel, Les spectacles forains
Les ballons au service de la science − 1, L’exploration humaine en altitude
La dynastie Godard, Charlières et montgolfières
Nadar, photographe et aéronaute par résignation, L’aventure d’un Géant
L’aérostat repart en guerre, Des deux côtés de l’Atlantique
Le siège de Paris, 66 ballons pour l’espoir
Le captif de l’Exposition universelle de 1878, Une merveille signée Giffard
L’établissement militaire de Chalais-Meudon, Les ballons captifs d’observation Renard
Les ballons au service de la science − 2, L’avènement des ballons-sondes
Cap au nord, L’expédition Andrée vers l’Arctique
Santos-Dumont et le Brasil, Les débuts d’un aéronaute pionnier de l’aviation
L’Exposition universelle de 1900, Concours international d’aérostation
À l’assaut de la Méditerranée, Les tentatives de Capazza et de La Vaulx
La coupe Gordon-Bennett 1906, La première d’une grande classique

Le rêve continue

Coup de cœur 2017 d'Aérobibliothèque !

http://www.aerostories.org/~aerobiblio/article5521.html

En associant la connaissance historique de l’un et le talent d’aquarelliste de l’autre, le tandem Jean Molveau et Jean Bellis avait alimenté l’Aérocollection, une série de petits ouvrages alliant valeur documentaire et iconographie de goût. Avec L’âge d’or des ballons, les deux compères sont passés du modeste fascicule oblong au "vrai" livre. Par son organisation, ce livre n’est pas sans rappeler leurs ouvrages précédents : une illustration en pleine page faisant face à un texte explicatif. À ceci près qu’au lieu des feuillets de 30 cm sur 15 cm, nous avons droit au bon vieux format A4*. Ce choix n’est pas anodin. En effet, si pour d’évidentes raisons le format "à l’italienne"* était particulièrement adapté à la présentation d’aéronefs, il ne l’est guère pour les aérostats. C’était donc la bonne occasion pour "voir plus grand" dans un livre de facture plus classique… et surtout plus cossue. Nous imaginons volontiers que Jean Molveau a dû soupirer d’aise quand, au lieu de se limiter à un condensé, il a pu donner libre cours à sa plume pour nous livrer davantage de détails sur chacun de ces ballons ; de la même manière, Jean Bellis a pu déployer son talent dans un format un peu plus vaste "à la française"*.

Tout ceci pour notre plus grand plaisir, car la qualité — voire l’excellence ― est au rendez-vous, dans un régal tant pour les yeux que pour la matière grise.
Voici un Jean Molveau à l’écriture plus ample, pouvant nous livrer l’essentiel de ce qu’il faut savoir de l’engin volant et de ses aventures, ceci dans une plume moins étriquée, enrichissant son propos de citations de témoins (ou de contemporains) de l’événement, ajoutant à chaque page une précieuse bibliographie qui permettra au curieux d’aller encore plus loin, précisant aussi quelques indications indispensables sur les caractéristiques de l’aérostat.

Quant aux aquarelles de Jean Bellis, elles prennent elles aussi de l’ampleur, et ce pour notre plus grand bonheur. Nous aurions d’ailleurs bien du mal à nous imaginer visuellement les tentatives d’observation scientifique réalisées avec la charlière Le Suffren (1784) ou l’expédition Andrée vers l’Arctique (1896) sans ces illustrations qui allient élégance et justesse historique. On notera que nombre des tableaux de Jean Bellis ne se contentent pas de nous représenter les aérostats sur un fond uni, mais les dépeignent "en action" dans le cadre d’un événement précis.

La structure de L’âge d’or des ballons, est bien évidemment chronologique, menant en 37 épisodes le lecteur des premières expériences des frères Montgolfier à la coupe Gordon-Bennett de 1906. En bons princes, les deux Jean semblent avoir inventé le livre artistico-documentaire. En tout cas, L’âge d’or des ballons est une indéniable réussite. Nous avons tenté l’expérience de le poser négligemment sur le coin d’une table : toute personne passant à proximité s’en est saisi et l’a feuilleté en formulant des remarques flatteuses. C’est un signe qui ne trompe pas.

Un coup de cœur ? Pourquoi pas. On sait très bien que le sujet des aérostats fait moins courir les foules que les "tac-tac-tac" des mitrailleuses des Messerschmitt Bf 109 ; c’est donc faire preuve de courage éditorial de la part de Cépaduès que de publier semblable ouvrage, qui plus est en quittant le domaine du livre broché pour celui du volume relié. Une vaillance que nous saluons bien volontiers par ce coup de cœur. Nos encouragements (voire nos remerciements) vont également à Jean Molveau et Jean Bellis qui continuent à se tenir en retrait des sentiers battus, allant défricher pour nous des sentiers trop peu fréquentés

Philippe Ballarini


* A4 : 21 x 29,7 cm * Format "à l’italienne" (ou format oblong, encore appelé "format paysage") : le côté le plus long du document est en haut * Format "à la française" : le côté le plus long du document est sur le côté.

PUBLIÉ SUR LE SITE D’AEROBUZZ DE GIL ROY
CULTURE AÉRO Publié le 26 août 2017

Biblio – L’Âge d’Or des Ballons (1783–1914)

C’est la surprise littéraire de l’été, et de quoi anticiper les cadeaux de fin d’année, à faire ou à se faire… Les faits marquants de la naissance de l’aérostation racontés par Jean Molveau et illustrés par Jean Bellis.

Les auteurs ont fait le choix de raconter une série d'événements qui ont jalonné les débuts de l'aérostation. © Cépaduès

Loin des récits contemporains souvent emprunts de sensationnalisme, loin des sempiternelles monographies sur des aéronefs passablement éculés, loin des hommages à des personnages dont on fête l’anniversaire de l’exploit ou de la disparition, bref, loin des sentiers battus, la surprise vient de Cépaduès. L’éditeur toulousain surprend d’autant plus qu’il sort de son genre (ouvrages didactiques) et de son format habituels (livres brochés 17 x 24) en s’attaquant ainsi au créneau des « beaux livres ». Et de belle manière, l’ouvrage de 86 pages au format 21 x 29,7 est relié, le papier est beau, bref, c’est une réussite !

Les deux font la paire

Le tandem des deux Jean, Molveau (recherche historique et iconographique, choix éditorial et écriture des textes) et Bellis (aquarelles originales, spécialement réalisées pour cet ouvrage), après la série Aérocollection sur les machines volantes des pionniers et surtout de la Grande Guerre, a récidivé dans le domaine de l’histoire des choses de l’air, cette fois en remontant jusqu’à la source, la naissance de l’aérostation. Un thème désormais rarement abordé, les livres qui y sont consacrés remontent à plusieurs décennies.

L’Union Army Balloon Corps a utilisé des ballons captifs d’observation durant deux ans (1861-1963) pendant la Guerre de Sécession. De leur côté les Confédérés ont employé des montgolfières. © Cépaduès

Cet opus, qui obéit cependant toujours sur le fond au concept Aérocollection, (texte en page de gauche, illustration à droite) est d’autant plus intéressant qu’il retrace les premiers envols de 1783 à 1914 (en réalité 1906 avec le déroulement de la première Coupe Gordon-Bennett) non de manière linéaire comme dans les « livres d’histoire », mais par le biais des faits marquants.

37 événements racontés

37 sujets se retrouvent ainsi au sommaire, certains évidemment sont connus (disons plutôt que l’on croit les connaître, car les détails ne manquent pas ici), mais d’autres le sont nettement moins ! Qui se souvient d’avoir eu connaissance des ascensions équestres de Testu-Brissy ou même de la première liaison aérienne métropole–Corse par Louis Capazza ?

Le premier saut humain en parachute s’est fait au départ d’un ballon au-dessus du Parc Monceau à Paris, par Garnerin ; cela va faire exactement 220 ans, le 22 octobre 2017. © Cépaduès

Voici donc de quoi, non seulement réviser ses classiques en apprenant une foultitude de précisions, mais surtout découvrir des prouesses injustement oubliées ! La période traitée est une épopée, qui fourmille d’exploits que l’on a aujourd’hui peine à imaginer !

À la source de l’information

Tiens, si, j’évoquais plus haut les publications commémoratives à l’occasion d’anniversaires, l’Âge d’Or des Ballons (1783–1914) nous remémore judicieusement que cela va faire 220 ans que Garnerin a sauté de son ballon pour descendre en parachute au Parc Monceau à Paris…

L’Âge d’Or des Ballons (1783–1914), par Jean Molveau et Jean Bellis, Cépaduès-Éditions. 86 pages au format 21 x 29,7 . Prix : 35 €.

ISBN : 978-2-36493-590-7.

L’auteur a pris le parti de consteller son récit de citations et de lister ses nombreuses sources : l’on constate qu’il a puisé parmi les plus authentiques, nombre d’entre elles étant des publications contemporaines des XVIII et XIXe siècles. Un sacré boulot ! Et qui sait si ces références ne seront pas indispensables à de futurs chercheurs et universitaires qui s’intéresseront un jour à ce sujet structurant ? Ces citations donnent évidemment une belle touche d’authenticité au récit…

Voici donc un volume d’une belle pertinence, dont Aerobuzz recommande chaudement la lecture.

Gil ROY

Les débuts du vol humain !
PUBLIÉ LE 20 AOÛT 2017 PAR FRANÇOIS BESSE 

L’âge d’or des ballons ou un panorama retraçant l’avénement du vol humain jusqu’au début du 20e siècle…

Si dans les esprits, l’histoire de l’aviation se résume souvent aux premiers vols motorisés, c’est à bord d’une ballon à air chaud puis à gaz que l’Homme a pris son envol. Le premier vol humain est ainsi intervenu en novembre 1783 – événement extraordinaire… – plus d’un siècle avant les premiers vols planés puis les sauts de puce derrière un moteur…

Les frères Montgolfier, Charles et Robert, en une année, ont multiplié méthodiquement les expériences avec modèles réduits puis ballon sans personne à bord, puis envol d’animaux et vols captifs, avant que Pilâtre de Rozier et le marquis d’Arlandes ne deviennent les premiers aéronautes. Au coeur du siècle des Lumières, avec un engouement pour les sciences, le rêve d’Icare s’est ainsi réalisé pour la première fois en France !

Réalisé par le tandem auteur/illustrateur à qui l’on doit déjà une série sur les avions de la Première Guerre mondiale chez le même éditeur, cet ouvrage retrace l’histoire de la naissance de la locomotion aérienne et de l’aérostation, en présentant chronologiquement une succession d’événements survenus entre 1783 et 1914 à raison d’une page de texte à gauche et d’une aquarelle pleine page à droite.

On passe ainsi successivement de l’expérience des frères Montgolfier à Annonay à la Coupe Gordon-Bennett de 1906, au départ de Paris, à travers les succès ou les échecs ayant marqué le développement de l’aérostation, via des utilisations diverses : expériences scientifiques, évolution technologique avec la recherche d’une meilleure mais improbable dirigeabilité, application photographique, records…

Les textes courts mais précis, avec des notes en bas de page précisant ou sourçant certains points, complétés d’une fiche technique sur le ballon concerné, reprennent souvent les commentaires des acteurs ou observateurs de l’événement relaté, permettant de « revivre ces événements fondateurs de l’aviation actuelle ».

Cette fantastique épopée consistant à s’envoler et à voyager dans les airs se poursuit toujours de nos jours, y compris via la montgolfière qui, tombée en désuétude après l’avénement du plus lourd que l’air, a « redécollé » depuis les années 1960 avec l’arrivée de matériaux synthétiques pour l’enveloppe et le propane en bouteilles. La Coupe Gordon-Bennett, réservée aux charlières à gaz, se court toujours…   ♦♦♦

– L’âge d’or des ballons, par J. Bellis et J. Molveau. Ed. Cépaduès. 86 p. 35 €

L’Âge d’Or des Ballons (1783–1914)

La fin de l’année approche, déjà, et voilà bien une idée éclatante de cadeau, à faire ou à se faire !

La première impression que donne cet ouvrage est celle de l’audace :

- audace de l’auteur, aidé de son désormais inséparable illustrateur (ils ont à leur actif la série Aérocollection sur les machines volantes des pionniers et de la Grande Guerre parue chez le même éditeur), de s’attaquer à ce sujet de la naissance de l’aérostation, qui, a priori, n’intéresse plus trop les maisons d’édition. Il est vrai que c’est sans doute moins commercial que des récits contemporains ou des monographies sur des avions de la Seconde Guerre mondiale. Et puis ça nécessite de sacrément bosser son sujet ;

- audace de Cépaduès, justement, de sortir de si élégante manière de ses « sentiers battus » (livres brochés sur des sujets plus techniques). Le « beau livre » n’est pas le cœur de métier de l’éditeur toulousain, et en l’occurrence, il s’en sort on ne peut mieux, avec un ouvrage de 86 pages au format 21 x 29,7, qui plus est relié… Beau papier, belle qualité d’impression, c’est classe !

Bon, des livres consacrés à l’histoire de l’aérostation, il y en a eu par le passé. Mais d’une part c’était il y a plusieurs décennies. D’autre part, celui-ci renouvelle le genre par son concept éditorial, et il va bien au-delà de la simple révision des classiques :

- l’Âge d’Or des Ballons (1783–1914) n’est pas un historique linéaire, comme le serait un cours magistral. Il s’appuie sur les faits marquants de la période traitée, qui débute aux envols originels jusqu’à l’orée de la Première Guerre mondiale (« ensuite, ce n’est plus l’âge d’or, mais une belle continuation » nous a confié Jean Molveau). Les premiers sont connus dans leurs grandes lignes – mais les détails ne manquent pas dans ces pages. Et bien d’autres sont largement ignorés, même des passionnés du thème ! Outre la préface d’Étienne de Montgolfier – ça ne s’invente pas, mais c’est un authentique aéronaute des temps modernes, qui plus est vice-président de la Fédération française d’aérostation –, ces faits marquants sont traités par doubles pages, texte à gauche et illustration à droite. Ça se lit très facilement, d’autant que l’auteur a choisi de faire appel à de nombreuses citations d’ouvrages anciens, qui replongent le lecteur dans l’atmosphère d’alors ! Il a même listé ses très nombreuses sources, celles-ci pouvant servir de base à un travail plus approfondi d’un chercheur ou universitaire… Impressionnant !

- les illustrations de Jean Bellis, publiées en pleines pages, sont des aquarelles originales, exécutées par l’artiste spécialement pour cet ouvrage. Elles ont un petit côté naïf, non sans une recherche d’authenticité dans le détail, et changent agréablement des sempiternelles gravures d’époque, vues maintes fois par ailleurs.

Connaissiez-vous Élisabeth Thible, Coustard de Massi, Bixio et Barral ? Vous rappeliez-vous que les savants Gay-Lussac ou Camille Flammarion volèrent en ballon ? Saviez-vous que les premiers porte-aéronefs évoluèrent dans les deux camps lors de la Guerre de Sécession ? Avec l’Âge d’Or des Ballons (1783–1914), vous disposez d’une sympathique occasion de vous cultiver de belle manière sur la première étape des choses de l’air !

L’Âge d’Or des Ballons (1783–1914), par Jean Molveau et Jean Bellis, Cépaduès-Éditions. Prix : 35 €. ISBN : 978-2-36493-590-7.

(GR)

Livres de l'auteur Jean Bellis

Livres de l'auteur Jean Molveau